Je vous parle du zéro déchet !

Je vous parle du zéro déchet ! post thumbnail image

Le zéro de vie est-il devenu un mode de vie ou une mode ? Grande différence entre ces deux modes ! La mode c’est tendance et le mode de vie c’est notre façon d’agir sur le monde. Depuis déjà quelques temps, j’ai décidé de transformer mon quotidien en agissant sur les déchets. Je vous explique tout !

 

Étape par étape

Ce n’est pas toujours évident de savoir où commencer quand on souhaite agir pour l’environnement et notre planète. Ainsi, je me suis posée la question et j’ai cherché des solutions aux problèmes qui peuvent se poser actuellement. Déjà, j’ai toujours recyclé mes déchets en les triant. Le verre dans les conteneurs, les papiers et cartons dans la poubelle recyclable, les déchets compostables (pelures fruits et légumes) dans le compost au fond du jardin et enfin les autres déchets dans la poubelle ménagère. Le recyclage a toujours été ancré dans mes habitudes. Je ne me suis pas consacrée entièrement au zéro déchet parce que je pense qu’il est nécessaire d’y aller étape par étape.

 

Les actions menées depuis 2 ans

J’ai commencé par faire l’acquisition d’une lunchbox fabriquée à partir de bioplastique d’origine végétale qui protège les océans et qui porte le nom de Nijii. De plus, elle est modulable en fonction de mes repas, ce qui est pratique au niveau du transport. Je l’utilise au quotidien pour me rendre au travail. Ensuite, je me suis attachée à ne prendre que des gobelets réutilisables pour éviter le plastique. Design et pratique, on les reconnait, surtout dans les événements. C’est également un bon moyen de communication pour une marque. J’ai eu un gobelet pour boissons chaudes en cadeau pour continuer la démarche zéro déchet. Cela me permet d’emporter une boisson sans utiliser de gobelets jetables. Ensuite, j’utilise un maximum les transports à mobilité douce : train, vélo, marche à pied… Enfin, j’utilise des totes bags pour le transport de mes affaires et des courses.

 

Gobelet boissons chaudes          Lunch Nijii

 

Zéro déchet : niveau cuisine

Je vous ai déjà parlé des gobelets réutilisables. Maintenant, je vais vous parler de ce que je fais également pour la cuisine. Premièrement, je fais un maximum de courses en vrac pour limiter les emballages et avoir une poubelle beaucoup moins remplie. Tout ce qui est fruits et légumes, je prends chez les producteurs locaux ou dans le jardin de mes grands-parents en respectant la saisonnalité des produits. Tout ce qui est non consommable dans un fruit ou un légume va directement dans le compost, comme mentionné plus haut.   Passionnée de pâtisserie, je fais également mes propres biscuits ou desserts. Ainsi, il n’y a plus d’emballages pour emporter à l’extérieur de chez soi, il suffit d’utiliser un petit sac comme utilisé dans le vrac ou un bee wrap fabriqué à partir de cires d’abeille et donc naturel. Et pour finir, j’utilise une gourde en verre avec des perles de céramique pour boire l’eau du robinet.

 

vrac.       fruits et légumes

Zéro déchet : niveau salle de bains

Oui, dans la salle de bains, il est possible d’appliquer la démarche zéro déchet. J’ai commencé par les « cotons » réutilisables fabriqué par une indépendante française qui fait ses propres créations. Donc fini l’achat de cotons qui peluchent et qui ne nettoient pas bien le visage. Ensuite, pour se démaquiller, j’ai pris une crème démaquillante dans un magasin en vrac où le contenant en verre est consigné. Autre chose également, j’ai eu un oriculi en cadeau pour nettoyer les oreilles sans utiliser de cotons-tiges jetables. J’ai retiré les serviettes hygiéniques jetables de ma liste de courses en acquérant les serviettes lavables. Et enfin, j’utilise un shampoing solide et du savon réalisé par mes soins pour l’hygiène corporelle. Dernier point : la fabrication de mes produits cosmétiques  adaptés à ma peau.

             Cotons réutilisables                                     Serviette

Autres actions zéro déchet

Je ne m’arrête pas là ! Et oui, ce n’est pas fini parce qu’il reste des déchets tout de même dans mon quotidien. Un jour, j’arriverais à être complètement zéro déchet. En attendant, je me suis mise à la couture avec l’une de mes grands-mères avec une machine des années 30. Je récupère d’anciens tissus qui ne servent plus ou qu’on m’a donné généreusement. Il est rare que j’achète des accessoires de couture sauf le nécessaire pour coudre. J’ai commencé par des sacs pour transporter ou ranger ses affaires chez soi ou lors d’un voyage. Ensuite, j’ai fait des housses de coussin et des headbands avec les chutes des tissus. Je compte faire un sac à pain, un sac à tarte, un set de table nomade et biens d’autres créations utiles.

Et vous, que feriez-vous en premier si vous commenciez le zéro déchet ? Un petit conseil, ne voyez pas trop grand dès le début sinon vous allez vous démotiver.

Pour le prochain sujet de mon blog, je vous parlerais de mon métier actuel en alternance dont je vous avez vaguement parlé dans l’article sur le confinement.